Lascaux III

Translation in progress

Présenter l’œuvre fixée dans la grotte de Lascaux à travers des fragments de copie relève d’un exercice de style ambigu et complexe.
Néanmoins, d’imposants fragments de fac-similés constituent le corpus de cette exposition. Il s’agit de valoriser l’œuvre originale et le travail très technique du copiste en les intégrant dans un dispositif scénographique qui les replace dans l’histoire de la découverte de Lascaux, révélant la fragilité de ce chef d’œuvre et la nécessité de le protéger (pour mieux le révéler ?).
Ainsi, dans une structure abritée de la lumière et du brouhaha de l’exposition, sont rassemblés les fragments de copie. La forme architecturale de cette construction non-standard dévoile à l’extérieur son principe constructif brut (une structure démontable technique) alors qu’à l’intérieur elle disparait pour accompagner la volumétrie des fragments et rappeler la grotte.
Dans cet espace sombre, les œuvres sont éclairées par une programmation lumineuse qui s’inspire du vacillement de la flamme et permet de découvrir toutes les subtilités des dessins peints, gravés ou tracés.
Autour de ce dispositif sont installés des éléments qui illustrent, commentent, contextualisent les fac-similés. Ce sont des modules indépendants qui se posent dans les différents musées-hôtes comme un ensemble d’extraits traduisant les différentes interprétations et suppositions qui ont été faites sur Lascaux.

Maîtrise d’ouvrage : Conseil régional de Dordogne

Date : 2012

Équipe : Du&Ma (mandataire), Grafibus (graphisme), Pascal Mazoyer, ACL (lumière), Blue Yéti (multimédia), 
la Prod est dans le pré (audiovisuel).

Surface : 1000 m2